Test positif d’un médicament anti paludisme

Le docteur Brian Foy de l’Université du Colorado a effectué le test positif d’un médicament anti paludisme. Ce dernier est un biologiste qui s’est spécialisé dans les maladies vectorielles et il a initié ce projet très ambitieux depuis quelques années déjà. Ces études ont été menées sur les terres africaines tropicales jusqu’ici. En effet, le paludisme est grandement présent dans ces zones de notre planète.

Vers 2013, le docteur a effectué des études sur terrain concernant son projet, au Sénégal. Lui et son équipe ont déjà constaté le bon fonctionnement du vaccin. Récemment, le docteur Brian Foy a mené d’autres essais au Burkina Faso et de meilleures révélations ont été faites.

Des essais effectués au Burkina Faso

Advertisements
Advertisements

Le docteur a exploité l’ivermectine dans la réalisation de son médicament. L’ivermectine est un antiparasitaire à la base. Dans la lutte contre le paludisme, ce dernier va servir « d’insecticide » dans la mesure où il va être fatal aux moustiques anophèles femelles. En d’autres termes, le sang des personnes à qui on aurait injecté de l’ivermectine va devenir mortel pour les moustiques.

Au Burkina Faso, le docteur et son équipe ont travaillé avec des adultes et des enfants issus de différents hameaux. Chacun des patients a eu droit à 18 semaines de traitement à raison d’une dose administrée toutes les trois semaines. Il a dès lors été noté une grande réduction des cas de paludisme dans les zones d’études. Pourtant, il s’agissait vraiment d’un terrain plus que favorable à la malaria.

Est-il possible d’éradiquer le paludisme une bonne fois pour toutes ?

Après ces études menées au Burkina Faso, il a été conclu une réduction de 20 % du paludisme infantile dans la région. Aujourd’hui, les chercheurs travaillent davantage sur le médicament et sur d’autres solutions anti-infectieuses pour prétendre à de meilleurs résultats. On attend encore de voir les prochains tests donc. Quoi qu’il en soit, on se demande toujours s’il est désormais possible de vivre dans un monde sans paludisme.

Advertisements
Advertisements
Advertisements